Introduction à la Métacognition

Plumes de Zèbres a choisi d’introduire ce passionnant sujet qu’est la METACOGNITION en laissant la parole à l’un de nos Mentors Inspirants pour nous-mêmes déjà !

metacognition et pensée critique

Métacognition et Esprit Critique

Voici _ avec son aimable autorisation à la publier ici _ la présentation que fait Élisabeth Feytit de son site Méta de Choc, dédié à la métacognition appliquée à soi :

À quoi pensons-nous ? Comment pensons-nous ? Et… Pourquoi pensons-nous ce que nous pensons ?

Méta de Choc explore la métacognition (réflexion sur notre pensée) sous toutes ses coutures. Dans chaque émission, je reçois un.e invité.e pour évoquer des thèmes comme la manipulation mentale, la sexualité, les croyances, les biais cognitifs, l’ésotérisme, le travail, l’astrologie, les différences homme/femme, le développement personnel, les OVNIs, la photographie, la mémoire, les théories du complot, les perceptions, le féminisme, les pseudo-médecines, l’éducation, les dérives sectaires, etc. Tout cela avec une personne comme vous et moi qui revient de manière métacognitive sur son parcours personnel, ou bien avec un.e spécialiste des neurosciences, de la psychologie, de la biologie, de la sociologie, du marketing, de l’histoire, de la pédagogie, de la philosophie ou même… de la métacognition. Attention au choc ! Quand on commence à s’intéresser à nos pensées, à ce qui se passe dans notre tête, à la manière dont on forge notre jugement, à notre vulnérabilité face à la manipulation et à l’auto-manipulation, quand on réalise à quel point nos perceptions et nos intuitions nous trompent, on tombe des nues. Mais quand on prend conscience de nos mécanismes humains et quand on se donne la peine d’observer de manière critique ses propres processus mentaux, on fait un pas vers une possibilité de libre-arbitre. Méta de Choc, c’est aussi des textes de réflexion sur la métacognition… et de la musique. Vous pouvez retrouver tous ces contenus sur le site : https://www.metadechoc.fr.”

Etape 1 : abonnez-vous à la chaîne "Méta de Choc"

Etape 2 : revenez sur notre playlist actualisée

Prochainement sur Plumes de Zèbres, vous pourrez faire connaissance de Mentors spécialisés en Métacognition qui vous accompagneront à cultiver cette faculté nécessaire à maintenir notre hygiène mentale et, entre autres, à la compréhension de nos processes individuels d’apprentissage. 

Métacognition et Apprentissage

Depuis les années 1990, la capacité métacognitive est apparue d’un grand intérêt dans l’efficacité des apprentissages.
On en trouve cependant de lointaines prémisses dans toutes les formes de pédagogie attachées à l’autonomie et au mot d’ordre « Apprendre à apprendre ! ».
De nombreux travaux concernent cette capacité, ainsi que les moyens de la renforcer, en particulier dans les procédés d’enseignement à distance (que propose ici Plumes de Zèbres) ou par le biais de moyens informatiques.
La capacité cognitive est habituellement mal révélée par les modes d’évaluation ordinaires dans lesquelles le résultat fait écran devant les cheminements qui l’ont permis.
Quand elle a pu être évaluée, la corrélation était importante avec la réussite des études.
Des évaluations ont cependant montré qu’il était possible de parvenir à un niveau élevé de formation sans que la métacognition ait été beaucoup développée.

En fonction de sa prédisposition naturelle et de son caractère, l’apprenant est plus ou moins attentif à sa façon de comprendre, d’apprendre et de résoudre les problèmes :
– il s’interroge plus ou moins sur l’origine des difficultés qu’il rencontre ;
– il s’arrête plus ou moins sur le bilan de ses forces et de ses faiblesses ;
– il s’attache diversement à transposer ses réussites et ses acquis d’un problème à un autre ou d’un domaine à un autre.

L’enseignement (comme l’apprentissage) devrait donc comprendre une « éducation cognitive » entendue comme la « recherche explicite, dans la mise en œuvre d’une démarche de formation, de l’amélioration du fonctionnement intellectuel des personnes. »

L’éducation cognitive met l’accent sur l’intégration des connaissances plus que sur leur mémorisation ; sur l’autonomie plus que sur des compétences tangibles ; sur le savoir-apprendre et le développement de stratégies cognitives plus que sur les contenus proprement dits.

Entre les facteurs idiosyncratiques de l’apprenant et les tâches d’apprentissage ou objectifs de formation, et s’appuyant sur eux, la métacognition se développe par des démarches de type stratégique :
– auto-évaluation (motivation) et évaluation des difficultés ;
– fixation de sous-objectifs et d’étapes (planification) ;
– régulation par ajustements continus (autorégulation).
Dans un axe perpendiculaire, ces démarches doivent se déployer plus ou moins explicitement entre les connaissances assimilées (savoir) et les apprentissages prévus ou envisageables.
Dans cette perspective de consolidation de l’autonomie, « le développement de l’intelligence est conçu comme le passage progressif de mécanismes hétérorégulateurs
(dont l’activation dépendrait du rôle joué par un tiers, tel l’enseignant) à des mécanismes autorégulateurs (dont l’activation dépendrait de l’enfant lui-même). »

Licence Plumes de Zèbres

Vous appréciez ? Partagez !
Fermer le menu
×
×

Panier