Qu'est-ce qui pousse des personnes à devenir mentors ?

Les raisons qui motivent les mentors

Nous avons identifié les raisons principales qui reviennent le plus souvent :

Partager (des connaissances) : oui, c’est même souvent la raison numéro 1.
Il y a le besoin de se sentir utile et de partager à son tour ce qu’on a appris.
Bref, de faire quelque chose qui a du sens.

Gagner (de l’argent) : tous les mentors sont rémunérés pour leur travail et le temps qu’ils passent.
C’est aussi une façon de mettre à profit son expérience.
En fonction du nombre d’étudiants qu’ils suivent, les mentors gagnent ainsi de quelques centaines à plus de 6000 euros par mois.

Acquérir (plus d’expérience) : les mentors ne le savent pas, mais ils découvrent au bout d’un certain temps qu’ils apprennent eux-mêmes autant que l’étudiant.
Pourquoi ? Parce qu’ils découvrent les histoires d’autres personnes, ils comprennent mieux le métier.
Parce qu’ils doivent expliquer, ils doivent faire des recherches et mettre de l’ordre dans leurs idées.

Profiter (de la flexibilité) : les mentors travaillent quand ils veulent et construisent leur propre emploi du temps eux-mêmes.

A quoi s'engage le Mentor ?

Avant d’aller plus loin, vous vous demandez peut-être où vous mettez les pieds.
“Combien de temps ça va me prendre ?”, “Quel niveau est attendu ?”, “Est-ce que je peux arrêter si je n’ai plus le temps ?”, etc.

Ce sont des questions qui reviennent souvent.
J’ai donc décidé de réunir ici ces questions fréquentes afin de répondre aux interrogations de chacun.

Le temps

Combien d’étudiants vais-je suivre ?

Cela dépend de vous et de vos disponibilités.

‌Je recommande plutôt de commencer par suivre des étudiants un par un. Commencez donc par 1 étudiant. Regardez si ça vous plaît.
Ensuite, prenez un deuxième étudiant, puis un troisième, etc.

Tout dépend du temps dont vous disposez :

– Si vous êtes en poste et que vous n’avez que les soirs et week-ends, vous allez probablement suivre entre 2 et 4 étudiants environ.
– Si vous êtes assez disponible (indépendant, encore étudiant, retraité…) vous pouvez probablement suivre plus de 10 étudiants.

Il paraît en revanche raisonnable de ne pas dépasser les 20 étudiants simultanés pour pouvoir continuer à exercer le métier pour lequel vous formez en parallèle.
Nous tenons à ce que nos mentors restent des professionnels de leur métier.

En résumé : vous décidez du nombre d’étudiants. Vous pouvez y aller progressivement !

Combien de temps par semaine cela me prend-il ?

Cela dépend complètement du nombre d’étudiants que vous suivez. En moyenne, une session de mentorat dure entre 45min et 1h.
Vous pouvez donc compter une bonne heure par semaine par étudiant suivi.

En dehors de la visioconférence, il peut arriver que vous ayez besoin de préparer des exercices personnalisés, voire de répondre par e-mail à quelques questions pour certains étudiants
ou prendre connaissance des livrables avant la session.
Ce qui vous prendra quelques minutes complémentaires non cumulées dans la semaine. Cela dépend de chaque étudiant et de ses besoins.

Un exemple : vous êtes actuellement en poste à temps plein.
Vous avez prévu un créneau le lundi soir, un autre le mercredi soir et un le samedi à 11h.
Vous allez donc passer 3h par semaine environ à faire du mentorat avec 3 personnes différentes.

Le niveau

Quelles matières dois-je gérer ?

Cela dépend de vous !
Nous demandons aux mentors de suivre des étudiants sur les domaines qu’ils connaissent et sur lesquels ils se sentent à l’aise pour accompagner de nouvelles personnes.

De notre côté, nous cherchons des mentors pour accompagner les étudiants qui réalisent les projets des parcours de Plumes de Zèbres.
Lorsque vous postulez pour être mentor, nous vous demanderons sur quels projets vous souhaitez mentorer.

Cela peut évoluer ! N’hésitez pas non plus à acquérir de nouvelles compétences via les cours et à mentorer par la suite dessus.

Vous pouvez aussi accompagner des étudiants en VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).
Ce processus nécessite de savoir construire un dossier de VAE, pour montrer qu’on a l’expérience justifiant d’obtenir un diplôme sans suivre une formation.
Si vous en avez déjà fait par le passé, cela peut donc vous intéresser !

Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de connaître la matière, le procédé étant le même quel que soit le diplôme.

Quel niveau dois-je avoir ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, nous ne cherchons pas forcément des experts.
En fait, par expérience, il vaut mieux un mentor pédagogue de niveau intermédiaire qu’un expert moins pédagogue.
Nous avons besoin d’experts et nous les accueillons avec plaisir, mais nous analyserons en priorité vos compétences pédagogiques.

Que sont ces compétences pédagogiques ?

L’empathie : vous devez réellement vous préoccuper de vos étudiants.
Vous devez montrer que vous vous souciez de leur réussite et que vous êtes là pour les aider en cas de besoin.
Vous souriez, bref, ça vous fait plaisir.

L’humilité : vous n’avez pas peur de dire quand vous ne savez pas ou que ce n’est pas votre domaine, tout en essayant d’aider l’étudiant à trouver la réponse.
Vous ne vous présentez pas comme un puit de savoir mais comme un autre être humain ravi de partager son expérience.

La patience : certains étudiants ont besoin de plus de temps que d’autres.
Vous comprenez cela et réexpliquez autant de fois que nécessaire, en adaptant selon l’étudiant.
Vous donnez des exercices adaptés et, si besoin, vous revenez en arrière avec l’étudiant pour solidifier des bases qui lui manquent.

Bien entendu, nous vous demanderons aussi ce que vous faites dans la vie, si vous êtes titulaire de certifications,
sur quels projets vous avez travaillé récemment et éventuellement si nous pouvons avoir des recommandations de la part de votre employeur, de vos clients…

Nous ne vous ferons pas passer de tests de niveau technique au sens strict car nous savons que les compétences pour enseigner ne peuvent pas se mesurer sur la base d’une note technique,
bien trop réductrice. La liste de vos projets et la façon dont vous en parlez nous suffisent dans la plupart des cas.

La durée

Combien de temps vais-je accompagner chaque étudiant ?

Dans la pratique, cela varie entre quelques semaines et 5-6 mois (rarement plus),
jusqu’à ce que vous ayez partagé votre expérience et qu’il faille passer le relais à un autre mentor sur un autre domaine.

Vous pouvez avoir plusieurs étudiants mais à des créneaux différents. N’oubliez pas que vous accompagnez un étudiant à la fois en privé lors de chaque session.

Et si ça ne se passe pas bien avec un étudiant ?

Chaque personne est différente. Parfois, vous serez comme deux amis, et parfois ça sera un peu plus difficile de travailler ensemble et de se comprendre.
Sachez prendre du recul et repérer une situation difficile :
si l’étudiant traîne volontairement des pieds, ne semble pas écouter ce que vous lui demandez, vous prend beaucoup plus d’énergie que les autres… quelque chose ne va pas.

Nous savons que cela peut être frustrant à la longue. C’est pour cela que tout mentor a le droit de demander à changer d’étudiant sans avoir à en justifier la raison.
Il est essentiel pour nous qu’il y ait une bonne entente et une bonne collaboration.

Notez que nous offrons la même chose à l’étudiant : il peut demander à changer de mentor sans avoir à en justifier la raison.
C’est peu fréquent dans la pratique, mais si ça vous arrive, je vous invite à ne pas insister et à passer à un autre étudiant. Le mentorat doit rester un moment de plaisir où vous vous sentez utile !

Et si je veux prendre des vacances ?

Si vous partez une semaine voire 10 jours, vous pouvez vous arranger sans trop de problème avec vos étudiants, quitte à faire plusieurs sessions dans une même semaine pour rattraper.
Relax donc et profitez bien de vos vacances !

En revanche, si vous partez plus longtemps, prévenez-nous à l’avance pour que nous puissions passer le relais à un autre mentor temporairement.

Et si je veux arrêter le mentorat ?

Pas de souci, vous n’êtes pas engagés à vie ! Nous vous demandons simplement de prévenir à l’avance (minimum 2 semaines) et pas deux jours avant de partir.
Cela nous permet de nous organiser et de transférer les étudiants à d’autres mentors.

Vos devoirs

En tant que mentor, vous aurez aussi un certain nombre de devoirs :

La réputation : vous devrez veiller à ne pas porter atteinte à la réputation de Plumes de Zèbres. Cela peut paraître évident, mais cela va mieux en le disant !

La confidentialité : vous aurez accès à des informations privilégiées en tant que mentor sur l’évolution de Plumes de Zèbres.
Nous vous les partageons pour faciliter notre travail ensemble et parce que nous vous faisons confiance.
Nous comptons par conséquent sur vous en retour pour que ces informations restent confidentielles.
Un Protocole de Confidentialité et de Respect Mutuel sera le premier document que nous signerons ensemble.

Le professionnalisme : vous jouez un rôle de modèle, essentiel dans la formation des étudiants de Plumes de Zèbres.
Vous avez par ailleurs une position naturelle d’autorité sur les étudiants dont vous ne devrez pas abuser.

Production Plumes de Zèbres en licence CC BY-SA 2.0 _ Créé par OpenClassrooms, Leading E-Learning Platform in Europe
Vous appréciez ? Partagez !
Fermer le menu
×
×

Panier